Voyagez avec nous: témoignages du monde entier. Découvrez l’Italie et la Turquie avec Paolo Pietrobon, de Fraccaro Spumadoro et  Evren Begec, du groupe TUYAP

Voyagez avec nous: témoignages du monde entier. Découvrez l’Italie et la Turquie avec Paolo Pietrobon, de Fraccaro Spumadoro et Evren Begec, du groupe TUYAP

Cette semaine notre tour du monde aura lieu en Italie et en Turquie. L’Italie est un des pays les plus touchés du monde et recense actuellement 225 435 personnes confirmés et 31 908 décès. La Turquie recense elle 149 435 cas dont 4 140 décès. 

En Italie, le déconfinement entre dans sa « phase 2 » ce lundi 18 mai 2020, avec reprise des messes et réouverture des commerces, cafés et terrasses. La basilique Saint-Pierre de Rome rouvre ses portes au public, symbole du retour à une relative normalité dans le pays.

L’Italie était l’un des premiers à se confiner début mars pour enrayer la propagation du Covid-19. Il sera également possible pour les Italiens de voyager librement dans tout le pays, sans aucune limitation, sauf en cas de résurgence de l’épidémie de Covid-19. Le gouvernement italien va rouvrir à partir du 3 juin ses frontières aux touristes de l’UE et annuler la quarantaine obligatoire pour les visiteurs étrangers dans la péninsule.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé lundi 11 mai un nouveau confinement de quatre jours pour prévenir la propagation du coronavirus, tout en soulignant que les mesures restrictives allaient être progressivement levées. Les Turcs âgés de 65 ans et plus se sont réjouis dimanche dernier de leurs premières heures de sortie depuis près de deux mois et le confinement décrété par le gouvernement dans la lutte contre la propagation du coronavirus.

En revanche, un confinement total sera maintenu pendant les week-end dans les 30 provinces les plus peuplées du pays, dont celles d’Istanbul et d’Ankara, au cours des prochaines semaines. Ce qui signifie que les boutiques resteront fermées.

Plusieurs messages de remerciements ont été exprimés après que la Turquie ait livré des produits sanitaires à l’Espagne et à l’Italie dans le cadre de la lutte contre la pandémie du nouveau type de coronavirus (Covid-19).

Nous vous retrouvons aujourd’hui pour la suite de notre tour du monde virtuel, en vous présentant deux nouveaux profils d’hommes et femmes d’affaires qui vous feront partager leur vie quotidienne pendant cette pandémie. 

homme d'affaires, événements, salons, Tuyap en france, hôtesses bilingues, équipes freelances, événementiel, equipe d'événements, casting d'hôtesses, business événements, hôtesse d'accueil, business france Turquie, business france brésil, exporter vers la Turquie, cherche traducteur, cherche traductrice, traducteur brésil

Merci d’avoir accepté de retrouver cette semaine les témoignages de Paolo Pietrobon, propriétaire de la célèbre manufacture de panettone Fraccaro Spumadoro à Casafranco, en Vénétie, Italie

femme d'affaires, événements, salons, Tuyap en france, hôtesses bilingues, équipes freelances, événementiel, equipe d'événements, casting d'hôtesses, business événements, hôtesse d'accueil, business france Turquie, business france brésil, exporter vers la Turquie, cherche traducteur, cherche traductrice, traducteur brésil

et Evren Begec, assistante des directeurs du groupe TUYAP, organisateurs d’événements et salons d’outre-mer partout dans le monde, leurs bureaux sont basés en Turquie.

Notre équipe va les poser quelques questions concernant le confinement, leurs journées entre le travail et le famille, regardez:

“Quelles sont les mesures prises par le gouvernement concernant le Covid-19 ?”

Paolo : ”Le gouvernement a fermé tous les restaurants, magasins, centres commerciaux et boutiques durant 2-6 semaines selon les zones. C’était un véritable arrêt mais c’était la meilleure façon de lutter contre le covid-19. Etant donné qu’avant nous avions vraiment peur il y a un réel contraste maintenant que nous sortons de ces 8 semaines de confinement. Enfin il y a un sentiment de sécurité et nous sommes heureux.

Pour Evren : “La première étape a été de fermer les écoles et de commencer l’enseignement à domicile. Ensuite, la politique du “stay at home” a commencé et les gens ont suggéré de faire de la distanciation sociale. Un couvre-feu pour le groupe de risque, c’est à dire, les personnes de plus de 65 ans, les jeunes de moins de 20 ans et celles souffrant de maladies chroniques a été mis en place. Le gouvernement a imposé un couvre-feu également de deux jours le week-end dans 24 provinces. 

Dernièrement, le gouvernement a annoncé qu’il allait commencer à réduire les mesures de confinement du COVID-19 et a décrit les étapes à suivre pour commencer la normalisation post-coronavirus. La semaine dernière, les restrictions du couvre-feu pour les personnes considérées étant dans le groupes de risque ont été assouplies. Certains jours, pendant une certaine période, chaque groupe est autorisé à quitter son domicile en respectant une distanciation sociale et en portant un masque. Les centres commerciaux n’ont rouvert qu’après deux mois de fermeture.”

“À votre avis, ces mesures sont-elles suffisantes pour faire face au virus ?”

Selon Paolo : ”Oui, je pense qu’elles le sont : déjà car la police était mobilisé dans les rues pour conseiller et sanctionner à l’aide d’amendes. Principalement dans le nord, parce que le sud est moins touristique à cette époque de l’année. Le premier cas est parti du nord, puis a été décuplé. Les moyens du service de santé publique est un problème majeur en Italie : nous manquions de ventilateurs, de médecins, d’infirmières.

Plus de 100 médecins sont morts pendant cette pandémie. La situation était compliquée mais désormais ils font des essais cliniques qui permettraient que les porteurs du virus guérisse. Cela consiste à transfuser à des malades du plasma sanguin de personnes guéries du Covid-19.”

Nous avons demandé à Paolo: comment obtiennent-ils ce plasma 

Il répond : ”Les gens en font don. Ils sont heureux parce qu’ils ont la chance d’être en vie, alors ils en font don gratuitement.”


Evren à son tour, partage son avis : “Bien que Covid-19 ne soit pas la première pandémie de l’histoire de l’humanité, le tableau d’aujourd’hui n’était pas prévisible lorsqu’il a été observé pour la première fois en décembre 2019, en Chine. La pandémie est devenue la principale préoccupation du monde actuel. Les gouvernements ont pris des mesures similaires à la Chine. Nous sommes devenus plus informés des mesures à prendre en cas de pandémie, en nous lavant les mains par exemple. Nous avons beaucoup appris de Covid 19 et il semble que nous allons en apprendre davantage”. 

“Comment le confinement vous concerne-t-il dans le contexte actuel de votre pays ?

Paolo travaille dans le secteur alimentaire, il est resté ouvert et témoigne : “Tous les jours, je vais à l’usine, à l’entrepôt et c’est une situation très étrange. C’est comme être dans un film… Vraiment ! Voir quelqu’un dans la rue, faire un jogging, c’est surprenant car tout est vide.

Nous sommes 50.000 milliers d’habitants dont 54 testés positifs à Casafranco, en Vénétie, la ville où je vis. Les gens respectent vraiment le confinement ce qui réduit les risques. Les gens ne sortent que pour aller au supermarché et ils travaillent tous à domicile, seules les personnes qui ont un emploi essentiel restent dehors.”

Evren nous confie que depuis quelques jours, les chiffres baissent en Turquie. 

“Pouvez-vous expliquer votre journée typique de “confinement” ?”

Paolo a l’habitude de beaucoup voyager pour son travail. C’était un grand changement pour lui de rester si longtemps à la maison. Il témoigne de son nouveau rythme de vie : “Pendant la semaine, je ne ressens pas tellement la différence, je vais au travail, je rentre à la maison pour le déjeuner, donc c’est à peu près la même chose quand je suis en Italie. Mais le week-end est vraiment différent, nous avions l’habitude de sortir entre amis, d’aller au restaurant, on même de partir en escapade pour le week-end.”

Evren a la chance d’avoir un espace de travaille dédié chez elle, elle explique: “Cela fait 60 jours que je suis à la maison. Les jours de semaine, je me réveille et je m’habille pour descendre au bureau. Je prends le petit déjeuner avec ma fille. Ensuite, je lis mes mails jusqu’à l’heure du déjeuner. Après avoir mangé, j’essaie de passer un peu de temps sur mon balcon, j’y prends mon café pour prendre l’air. J’ai de la chance d’avoir un balcon. L’après-midi, j’ai des réunions sur Zoom avec mes collègues et je participe à des webinaires. Je fais du pilate trois jours par semaine. Le samedi, je fais le ménage et le dimanche je cuisine de nouvelles recettes en général.”

“Si vous avez des enfants, pouvez-vous expliquer en quoi leur prise en charge est différente de la normale ?”

Paolo a une fille et la situation est pénible pour elle : “L’école est fermée depuis début mars et depuis sa vie a beaucoup changé. Elle fait beaucoup de travail à la maison tandis que ses cours sont donnés par vidéo. Sa vie en tant que jeune fille de 14 ans est complètement différente : elle ne voit plus ses amis ni son professeur. On ne sait pas combien de temps cela va durer. Peut-être qu’ils rouvriront l’école en septembre mais nous ne sommes pas sûrs, rien n’est sûr pour l’instant.” 

Evren nous confie que sa fille est une enfant très sociable qui prend des cours de yoga, de piano et de théâtre chaque semaine : “Et est inscrite à la chorale de la ville et avait des cours chaque semaine. Maintenant, elle est à la maison toute la journée. Depuis la semaine dernière, nous pouvons aller au parc une fois par semaine. À la maison, elle fait du yoga toute seule. Mon mari et moi jouons avec elle pendant ses pauses. Nous faisons beaucoup de travaux artistiques. Elle fait des appels en ligne avec ses amis. Malheureusement, elle passe beaucoup de temps sur les écrans à cause des cours et des discussions entre amis.”

“Après tout cela, allez-vous changer votre mode de vie ? ”

Paolo : ”Absolument, je voyage beaucoup et je pense que je vais rester davantage en Italie au moins jusqu’en octobre… Probablement que l’année prochaine seulement, je recommencerai à voyager. Pendant cette période, le gouvernement a également apporté une aide aux travailleurs indépendants et aux chômeurs avec une aide de 600€, ce qui n’est pas beaucoup à mon avis, donc cela m’a fait réfléchir à la chance que j’ai et à être plus remerciant.”

Paolo a été honnête : “Même si pour l’instant je n’achète pas grand chose, seulement quelques articles sur Ebay ou Amazon, je pense que lorsque les choses reviendront à la normale, je ne changerai pas mes habitudes de consommation et je continuerai à faire quelques courses de temps en temps. Cela me fait du bien. »

Evren est une femme pragmatique, et elle répond : “Évidemment, pendant un an au moins, nous passerons plus de temps chez nous qu’à l’extérieur.”

“Dernière question, avez-vous un conseil particulier à donner aux personnes qui doivent encore faire face à cette période à la maison ? 

Paolo pense qu’il faut réussir à être patient :”Si vous avez une grande maison avec un jardin, vous avez de la chance, si vous vivez dans un petit appartement, cela doit être plus difficile. J’ai personnellement la chance de pouvoir venir au bureau tous les jours. Mais le seul moyen est d’être patient et d’utiliser les masques et les gants. Personne ne sait quand cette épidémie sera fini, elle ne se terminera que lorsque les chiffres de la guérison seront plus élevés que les chiffres positifs, alors soyons patients.”

Evren dit : “Premièrement, nous devons apprendre à vivre avec la situation de Covid – 19 et arrêter de nous en plaindre. C’est une période que nous devons vivre et elle se terminera tôt ou tard. Même si je sais que c’est difficile. Je suggère fortement de ne pas suivre les chiffres tous les jours. Essayez de trouver des activités pour vous détendre : cuisine, lecture, jardinage, sport, yoga. Cette période peut être une bonne occasion de développer vos talents.”


Sur ces messages d’espoir, force est de constater qu’une fois de plus cette crise sanitaire n’est pas gérée de la même façon par tout le monde compte tenu du métier, des responsabilités, et du contexte actuel du pays de chacun d’entre nous. Evren et Paolo nous l’ont démontré chacuns à leur échelle en nous faisant voyager dans leur routine professionnelle et familiale. 

Cette semaine est la dernière semaine où nous vous emmenons voyager avec nous. Nous espérons que les témoignages publiés hebdomadairement tout au long du mois vous ont plu. Nous espérons avoir réussi à vous montrer des différents horizons d’une manière intéressante et participative en abordant un sujet mondial et d’actualité. C’est un thème qui nous tenait à coeur car il nous concerne tous à une échelle mondiale. Bstaff pense que c’est en partageant de l’information entre les pays que l’on pourra faire collectivement les meilleurs choix pour un futur commun.

N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des questions ou pour partager votre expérience. Nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

Ce qui importe, c’est de se protéger et de protéger les autres de ce virus, pour éviter la propagation de cette pandémie. 

Si cette série du tour du monde vous à plus, restez avec nous pour de prochains articles !